Littérature comparée

  • Cours (CM) 12h
  • Cours intégrés (CI) -
  • Travaux dirigés (TD) 18h
  • Travaux pratiques (TP) -
  • Travail étudiant (TE) -

Langue de l'enseignement : Français

Description du contenu de l'enseignement

LT23CM14 – Littérature générale et comparée
Cours magistral [obligatoire]
Mme EDY
Littérature comparée, arts du spectacle vivant et intermédialité
Ce cours magistral propose d’interroger les relations entre la littérature et les arts du spectacle vivant sous le prisme de l’intermédialité, en s’intéressant aux spécificités de la discipline comparatiste. Il s’agira de montrer comment la littérature comparée, grâce à sa méthodologie et ses contenus, est une force et un levier précieux pour aborder les questions intermédiales et questionner les arts et leurs représentations. A partir de la littérature, nous aborderons différents arts du spectacle vivant tels que le théâtre, la danse et la performance, en convoquant également le monde des images fixes et animées (peinture, photographie, vidéo) et celui de la musique.

Références :
Yves-Michel Ergal, Michèle Finck (dir.), Littérature comparée et Correspondance des arts, Presses universitaires de Strasbourg, 2014.
Bernard Franco, La Littérature comparée : Histoire, domaines, méthodes, Paris, Armand-Colin, 2016.
Anne Tomiche, Karl Zieger, La Recherche en littérature générale et comparée en France en 2007, PU Valenciennes, 2007.
Une bibliographie critique complémentaire sera précisée à la rentrée.



Travaux dirigés [choisir un groupe]


Gr.1 - M. WERLY
Le roman d’aventure et la question de l’allégorie
Il s'agira d'interroger des romans qui peuvent se lire de plusieurs façons : simples récits d’aventures ou réflexions sur l’écriture, sur le double, sur le romantisme, etc. De façon plus générale, l'analyse portera sur une période historique où l’écrivain s’adresse à plusieurs publics.

Œuvres
Alain-Fournier, Le Grand Meaulnes, 1913, Livre de Poche ou Folio
Joseph Conrad, Amy Foster. Le Compagnon secret, 1910, traduit de l’anglais, GF

Références
Jacques Rivière, « Le Roman d’aventure », article paru dans la Nouvelle Revue Française, en 3 livraisons : mai, juin et juillet 1913 (repris aux Editions des Syrtes, 2000)

Gr.2 - MME VICTOROFF
Science et conscience : variations autour du mythe de Faust
Faust incarne la soif de connaissance et de dépassement des limites inhérentes à sa nature qui font la grandeur de l’esprit humain. La science surhumaine ainsi acquise permet d’étancher la soif de puissance et de domination sur le monde. Jusqu’où l’homme peut-il poursuivre cette quête sans craindre d’y perdre son âme ?

Œuvres :
Rutebeuf, Le Miracle de Théophile, Flammarion/GF
Marlowe, Le Docteur Faust, Flammarion/GF
Calderón, Le Magicien Prodigieux, Aubier

Références :
Ost, F., Van Eynde, L., (dir.), 2002, Faust ou les frontières du savoir, Bruxelles : Publications des Facultés
Masson, J.-Y., (dir.), 2003, Faust ou la mélancolie du savoir, Desjonquères


Gr.3 - MME ZANIN
Écrire contre la peste
Vivre et écrire pendant l’épidémie n’est pas une aventure nouvelle. Depuis l’Antiquité des hommes et des femmes ont été victimes des ravages inattendus de la peste, du cholera, de la grippe espagnole ou du sida. L’épidémie est un fait, et la littérature en fait état. Mieux: la littérature entend comprendre la logique épidémique et l’expliquer. Certaines œuvres, enfin, cherchent à porter une réponse à la peste et proposent des stratégies pour survivre, sans vaccins, sans remède, grâce aux histoires. Nous verrons ces textes, à partir des plus anciens (l’Iliade, Œdipe ro i) aux plus récents (Juste la fin du monde), avant de nous attacher à l’étude du Décaméron, pour comprendre ce que peux la littérature face à la peste.

Bibliographie : Boccace, Décaméron, trad. Christian Bec, Paris, le livre de poche, 1994 (et une anthologie de textes qui sera distribuée à la rentrée).


Gr.4 - MME VICTOROFF
Science et conscience : variations autour du mythe de Faust

Faust incarne la soif de connaissance et de dépassement des limites inhérentes à sa nature qui font la grandeur de l’esprit humain. La science surhumaine ainsi acquise permet d’étancher la soif de puissance et de domination sur le monde. Jusqu’où l’homme peut-il poursuivre cette quête sans craindre d’y perdre son âme ?

Œuvres :
Rutebeuf, Le Miracle de Théophile, Flammarion/GF
Marlowe, Le Docteur Faust, Flammarion/GF
Calderón, Le Magicien Prodigieux, Aubier

Références :
Ost, F., Van Eynde, L., (dir.), 2002, Faust ou les frontières du savoir, Bruxelles : Publications des Facultés
Masson, J.-Y., (dir.), 2003, Faust ou la mélancolie du savoir, Desjonquères


Gr.5 - MME EDY

Autour de la figure de Philoctète
Philoctète, le héros grec, a été abandonné par Ulysse sur l’île de Lemnos, tant ses souffrances exercent une influence néfaste sur les guerriers grecs. Mais dix ans plus tard, Ulysse a besoin de son aide pour remporter la guerre de Troie. Comment convaincre celui qu’on a lâchement abandonné ? De cette situation inextricable naît la tragédie de Sophocle.
Heiner Müller, grand dramaturge allemand, s’empare de ce personnage et propose en 1988 un véritable palimpseste, « résultat d’une opération étrange et remarquable de cannibalisme littéraire, de démontage, d’extraction et de réécriture » (Préface de J. Jourdheuil) où les dieux ont disparu et où personnage mythique et auteur semblent par moment se confondre.
En 2016, c’est au tour de Wajdi Mouawad de nous offrir sa lecture de la tragédie sophocléenne : confronté à la mort de son traducteur et ami, Robert Davreu, il doit faire face à l’absence de texte, alors que le spectacle a déjà été vendu à de nombreux théâtres…
En partant à la recherche de Philoctète, compris comme personnage et comme texte, en remontant les traces de Sophocle, nous nous interrogerons sur les questions d’imitation et de création, impliquant celles de proximité et de distance, et nous nous intéresserons aux modalités selon lesquelles Heiner Müller et Wajdi Mouawad réinvestissent le texte de Sophocle pour le faire résonner aujourd’hui : qui est donc Philoctète ?

Œuvres :
Sophocle, Philoctète, dans Tragédies complètes, Folio classique, 2018.
Heiner Müller, Philoctète, Paris, Les Éditions de minuit, 2009.
Wajdi Mouawad, Inflammation du verbe vivre, Léméac Actes-Sud-Papiers, 2016.

Une bibliographie critique sera également fournie à la rentrée.


 

LICENCE - Lettres