Danger! Théâtre

Mise en espace et commentaire d’extraits de Richard III (Shakespeare), de Cinna (Corneille), Boris Godounov (Pouchkine) et de La Résistible Ascension d'Arturo Ui (Brecht), dans le cadre du programme d’agrégation de littérature comparée Le Pouvoir en scène.



Danger! Théâtre : Affiche

Le pouvoir du théâtre n’est pas seulement un effet de lecture, mais l’impact de sa performance dans l’espace public qu’il investit. Pour l’apprécier, nous avons choisi de mettre en espace quatre scènes qui théâtralisent le pouvoir: le discours démagogique d’un dictateur en puissance (Brecht), le couronnement d’un tsar (Pouchkine), le conflit entre complot politique et dépendance amoureuse (Shakespeare, Corneille). Le lieu de notre quotidien universitaire s’est transformé, pendant quelques minutes, en espace de jeu, en prenant à partie étudiants, enseignants et personnels administratifs. Quatre captations vidéo témoignent de cette transformation réalisée grâce au travail acharné d’un groupe d’étudiants férus de théâtre. Quatre articles rendent compte du travail d’explication et d’interprétation mené par des spécialistes du théâtre, à partir des scènes mises en espace, pour pousser plus loin la réflexion sur le pouvoir de la scène.


William Shakespeare, "Richard III", acte I, scène 2

Jean-Jacques Chardin est professeur de littérature anglaise à l’Université de Strasbourg. Ses recherches portent sur la littérature anglaise du XVIe et XVIIe siècles et notamment sur le théâtre de Shakespeare, sur les emblèmes et la relation entre texte et image. Il est l’auteur d’un grand nombre d’ouvrages et d’articles et il vient de co-éditer deux volumes sur Marvell et l’Europe (Marvell and Europe, Marvell Studies, 2017). Il a consacré à Richard III une monographie (Richard III: Dramaturgie des ambiguïtés, 1999) et il a assisté Jacques Bachelier et sa troupe pour la traduction et la mise en scène de la pièce.

 

 

 


Pierre Corneille, Cinna, acte III, scène 4

Clotilde Thouret est professeure de littérature comparée à l’Université de Lorraine. Ses recherches portent sur le théâtre européen de l’époque moderne, et plus particulièrement sur l’histoire des émotions esthétiques et sur les rapports entre poétique, polémiques et politique. Elle codirige le projet La Haine du théâtre, consacré à la polémique antithéâtrale, et vient de publier aux Presses Universitaires de Rennes la monographie Le Théâtre réinventé. La défense de la scène dans l’Europe de la première modernité (2019).

 

 

 


Alexandre Pouchkine, Boris Godounov, tableaux 2-4

Tatiana Victoroff est maitresse de conférences (HDR) en littérature comparée, spécialiste de la littérature russe et de son rayonnement européen. Elle est l’auteure d’un nombre important d’ouvrages et d’articles sur le théâtre médiéval et moderne (et notamment sur la renaissance du mystère) et sur les transferts culturels franco-russes. Son dernier ouvrage, Mystère en Europe, de Mallarmé à Brodsky, est sous presse aux éditions Garnier.

 

 

 


Bertolt Brecht, La Résistible Ascension d’Arturo Ui, scènes 6 et 7

Emmanuel Béhague est professeur en études allemandes. Ses recherches portent sur le théâtre et l'écriture dramatique dans les pays de langue allemande aux XXe et XXIe siècles (texte, mise en scènes, performance), ainsi que sur la photographie dans le contexte de l'histoire visuelle. Il est notamment l’auteur de Le théâtre dans le réel. Formes d'un théâtre politique après la Réunification (2006) et de GegenWorte-GegenSpiele. Zu einer neuen Widerstandsästhetik in Literatur und Theater der Gegenwart (2018, avec Hanna Klessinger et Amelia Valtolina).

.

 

 

 


Remerciements

Ces vidéos et ces textes retranscrivent quatre ateliers qui ont eu lieu à la Faculté des Lettres de l’Université de Strasbourg, d’octobre 2018 à janvier 2019.

Ils n’auraient pas été possibles sans le travail et le dévouement d’une petite troupe étudiante, composée par Olivier Calligaro, Clémence Guédron, Léa Heid, Raphaëlle Lambert, Alem Moiteaux, Joséphine Schmidt, Sylvain Wolff et dirigée avec enthousiasme et énergie par Jeanne Véron. Qu’ils soient ici remerciés, ainsi que les enseignants qui ont accompagné leur travail et expliqué pour nous les textes: Emmanuel Béhague, Jean-Jacques Chardin, Clotilde Thouret, Tatiana Victoroff, mais aussi Delphine Crubézy qui a orienté leur jeu et Guy Ducrey qui a joué avec nous.

Je souhaite remercier également Pascal Vaissier et l’équipe de la production audiovisuelle qui a su tirer parti du bruit et de la faible lumière des couloirs de la Faculté, ainsi que Frédéric Chapot et Jean-Paul Meyer, doyens de la Faculté des Lettres, qui ont encouragé cette initiative. Enfin, un grand merci aux étudiants et aux enseignants qui ont accepté avec bienveillance de se faire bousculer et retarder par le théâtre.

Enrica Zanin

Danger! Théâtre : en coulisses (1)

 Danger! Théâtre : en coulisses (2)

Danger! Théâtre : en coulisses (3)